DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Guerre du gaz : un scénario déjà vu, un litige commercial aux multiples ramifications politiques

Vous lisez:

Guerre du gaz : un scénario déjà vu, un litige commercial aux multiples ramifications politiques

Taille du texte Aa Aa

La guerre du gaz a repris de plus belle entre Moscou et Kiev après une accalmie de 3 ans ponctuée d’incidents et de tractations multiples. Pas d’accord trouvé donc pas de contrat, donc pas de livraisons. Le même scénario qui s‘était produit en janvier 2006 : Gazprom avait alors cessé les livraisons à l’Ukraine après plusieurs mois de contentieux portant sur le prix du gaz.

Une situation qui avait perturbé l’approvisionnement de plusieurs pays européens. Il fallut plusieurs mois de négociations pour la débloquer. Moscou demandait alors 172 euros par 1000 mètres cubes. Kiev payait à cette époque 37 euros. Elle acceptera de payer le double, pas davantage. En 2008, l’Ukraine augmente encore jusqu‘à 134 euros, mais ce n’est toujours pas le prix demandé par Moscou. Un prix revu à la hausse pour 2009. Et en cas de refus prolongé, Gazprom menace d’appliquer les tarifs réservés aux européens, voire davantage. “L’Ukraine, comme beaucoup d’anciens pays de l’ex- Union soviétique ne peut pas payer le gaz russe au même prix que l’Allemagne ou l’Italie… Nous savons très bien pourquoi, 70 ans d‘économie planifiée ont fait de l’Ukraine un pays beaucoup plus pauvre que l’Allemagne ou l’Italie. Et jusqu‘à présent, les russes se montraient compréhensifs. L’idée c‘était que le prix augmente lentement et régulièrement… Le problème, c’est que l’Ukraine veut que la Russie continue à fournir le gaz comme avant “ estime ce spécialiste. Un litige commercial aux multiples ramifications politiques qui inquiète les européens, au bout de la chaine, et très dépendants du gaz russe. Plus que jamais, leurs espoirs sont tournés vers de nouveaux gazoducs comme Nabucco, qui lui passera par la Turquie.