DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Europe hausse le ton dans la guerre du gaz et espère débloquer la situation grâce à des observateurs entre Moscou et Kiev

Vous lisez:

L'Europe hausse le ton dans la guerre du gaz et espère débloquer la situation grâce à des observateurs entre Moscou et Kiev

Taille du texte Aa Aa

La crise s’est en effet aggravée ce mercredi. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a ordonné à Gazprom de suspendre tous les approvisionnement de gaz via l’Ukraine. Une mesure de rétorsion. Moscou accusant Kiev d’avoir coupé le dernier des quatre robinets qui transitent par son territoire ce que dément l’Ukraine.

Otage de cette querelle gazière qui l’affecte sur fond de vague de froid, l’Union européenne est contrainte de jouer les arbitres. Les modalités du déploiement d’observateurs à la frontière russo-ukrainienne seront discutées dès demain à Bruxelles en présence de représentants du géant russe Gazprom, de la société ukrainienne Naftogaz, des gouvernements russe et ukrainien et de l’UE. Le président de la commission européenne, José Manuel Barroso estime que la crédibilité” de la Russie et de l’Ukraine sont en jeu : “Si le transit de gaz ne revient pas à la normale alors nous aurons un sérieux problème et nous en tirerons les conséquences. Nous estimerons alors que l’approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine n’est pas un approvisionnement crédible”. Depuis le 1er janvier dernier, la Russie a cessé d’approvisionner l’Ukraine en gaz après un différend sur les prix. Mais Moscou accuse sa voisine de détourner le gaz destiné à l’Europe. En attendant, une bonne partie des européens de l’Est en sont réduits à se chauffer comme ils le peuvent.