DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Wall Street et les législateurs sceptiques au sujet du plan Obama

Vous lisez:

Wall Street et les législateurs sceptiques au sujet du plan Obama

Taille du texte Aa Aa

Scepticisme de Wall Street et de la classe politique américaine après l’annonce du plan Obama de sauvegarde de l‘économie américaine.

Marchés financiers et parlementaires ont semblé déçus hier par le peu de détails fournis par le futur président américain. On sait quand-même que le plan devrait coûter au moins 775 milliards de dollars sur deux ans, et qu’il consiste pour 40% en des réductions d’impôts. Barack Obama : “Il est certain que le coût de ce plan va être considérable. Il va certainement augmenter à court terme le déficit budgétaire. Mais tout aussi certaines seront les conséquences de pas faire assez ou de ne rien faire”. Et sans prendre en compte le coût de ce prix de relance, le budget américain devrait cette année accuser un déficit monumental de 1.200 milliards de dollars. Selon le plan Obama, afin de stimuler l’emploi, les entreprises qui embauchent bénéficieront de réductions fiscales. Les parlementaires savent qu’ils marchent sur des oeufs : “Nous voulons agir vite et je pense qu’un mois plus ou moins serait une bonne définition de rapidement dans ce cas-là, estime ce républicain. Mais nous voulons éviter de grosses erreurs qui exacerberaient le problème que nous avons déjà et qui est un déficit dramatique”. Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des Représentants, a déclaré que les parlementaires ne partiraient pas en vacances, en février, tant que le plan ne serait pas voté.