DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Transit du gaz russe pour l'Europe : aussitôt ouvert, aussitôt bloqué

Vous lisez:

Transit du gaz russe pour l'Europe : aussitôt ouvert, aussitôt bloqué

Taille du texte Aa Aa

Après avoir annoncé ce mardi matin la reprise des livraisons de gaz destiné à l’Europe via l’Ukraine, le géant gazier russe Gazprom a estimé quelques heures plus tard qu’il n‘était pas en mesure d’en fournir à l’Europe. Il a accusé Kiev de bloquer le transit et les Etats-Unis d‘être derrière les actions ukrainiennes.

La liste des péripéties et rebondissements s’allonge dans ce dossier où l’Europe subit les conséquences d’une crise russo-ukrainienne. Elle a été contrainte de jouer un rôle de médiateur, mais le coeur du problème n’a pas été réglé. D’ailleurs, la Russie qui a accusé l’Ukraine de voler du gaz avant de fermer les vannes la semaine dernière avait prévenu les Européens : si Kiev procéde à la moindre ponction, le transit sera réduit proportionnellement à la quantité détournée. La Russie a accepté de reprendre les livraisons après un accord signé hier entre Kiev, Moscou et l’Union européenne sur la mise en place d’un système de surveillance du transit gazier en Ukraine. Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a ensuite donné hier soir son feu vert au géant gazier Gazprom pour qu’il rouvre les vannes ce mardi matin. Comme stipulé dans l’accord, l’Union européenne a déployé des observateurs pour vérifier le transit. Mais l’Ukraine, elle, reste privée de gaz faute d’accord sur sa dette envers Gazprom et sur les tarifs de 2009.