DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La sécurité énergétique, priorité de Mirek Topolanek

Vous lisez:

La sécurité énergétique, priorité de Mirek Topolanek

Taille du texte Aa Aa

Alors que le conflit du gaz s‘éternise, l’Europe et son président en exercice cherchent les moyens de ne plus être tributaires du gaz russe. Venu devant les eurodéputés pour présenter le programme de sa présidence européenne, le Premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, a dit l’urgence de la diversification, et de plus d’indépendance énergétique, quitte à rouvrir la boîte de pandore du nucléaire :

“Naturellement, nous avons intérêt à diversifier les sources d‘énergie et les voies de transport. Il est évident que la construction du gazoduc Nabucco, par exemple, est une priorité de la plus haute importance, tout comme le soutien à la construction de nouveaux oléoducs. De plus, nous devons faire des efforts pour diversifier l‘éventail énergétique, y compris en réhabilitant le nucléaire et en investissant dans les nouvelles technologies.” Atlantiste, la présidence tchèque sera celle qui nouera les premiers contacts avec Barack Obama. Et Mirek Topolanek entend mettre à profit cette occasion : “Pour ce qui est des relations transatlantiques, il est évident que si nous ne les renforçons ou ne les développons pas, l’Union européenne ne pourra pas être un acteur majeur dans le monde, tout comme ce rôle ne peut pas être tenu par les Etats-Unis seuls.” Au chapitre de l’Europe institutionnelle, il n’a pas caché son peu d’engouement pour le Traité de Lisbonne, qu’il doit pourtant tenter de sauver : “Il revient aussi à la présidence tchèque de poursuivre le débat avec l’Irlande sur le sort du Traité de Lisbonne. Je suis convaincu qu’il est nécessaire de mener ces discussions avec délicatesse et dans le respect de la souveraineté des citoyens irlandais.” La République tchèque fait partie, avec l’Irlande et la Pologne, des trois pays qui n’ont pas encore ratifié le Traité. Son parlement doit se prononcer début février.