DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Europe attend toujours le gaz russe

Vous lisez:

L'Europe attend toujours le gaz russe

Taille du texte Aa Aa

Après des heures d’attentes, les observateurs européens ont finalement pu faire leur travail : observer le transit du gaz russe par l’Ukraine. Sauf qu’aucune molécule ne passe dans les pipeline. La crise entre Moscou et Kiev s’est aggravée depuis hier. Gazprom a repris ses livraisons vers l’Europe dans la matinée. Mais elles ont été interrompues presque immédiatement par l’Ukraine. La faute de la Russie dit Kiev. Il accuse Gazprom d’avoir utilisé un gazoduc non prévu pour l’exportation. Un usage qui l’aurait contraint à laisser plusieurs régions ukrainiennes sans gaz.

Faux rétorque Moscou. Pour Gazprom l’Ukraine est le seul responsable. Et Vladimir Poutine a remis en question le réseau gazier de son voisin. Peut-être pas en état d’assurer les livraisons pour le Premier ministre russe. De son côté l’Europe hausse le ton. La commission européenne a jugé cette situation inacceptable. Le gaz russe représente un quart de la consommation des 27. Mais la Slovaquie et la Bulgarie en sont totalement dépendantes. Les relations politiques très sensibles entre Moscou et Kiev s’expriment sur le terrain gazier. La Russie a suspendu ses livraisons à son voisin depuis le 1er janvier.