DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Entropa, oeuvre polémique : les excuses tchèques

Vous lisez:

Entropa, oeuvre polémique : les excuses tchèques

Taille du texte Aa Aa

La controverse continue à Bruxelles après l’inauguration d’Entropa. Une installation 100% provocation signée David Cerny. Un préjugé en guise d’emblème pour chaque pays, voilà l’oeuvre censée représenter la présidence tchèque de l’Union. La Bulgarie symbolisée par des toilettes turques a demandé le retrait de son module. Le gouvernement tchèque a présenté ses excuses.

Alexander Vondra, vice-Premier ministre tchèque chargé des Affaires Européennes : “Ce n’est pas comme cela que le gouvernement tchèque ou la présidence voit l’Union européenne et ses états membres. Entropa est une sorte de provocation. Je comprends que certains se sentent offensés et j’aimerais leur présenter mes excuses”. Le plasticien tchèque, connu pour son goût du scandale, a délibéremment menti à son gouvernement et fait l’impasse sur le cahier des charges. David Cerny n’a pas fait appel à d’autres artistes européens, comme convenu. David Cerny : “Sérieusement, je m’attendais, nous pensions, que cela serait pris comme une blague, comme une belle oeuvre d’art, comme une belle installation, rien d’autre. Donc je ne vois pas cela comme un grand succès si nous devons enlever des parties de la sculpture, je préfèrerais qu’elle reste entière”. Son sens de l’ironie ne fait pas l’unanimité. La Slovaquie a elle aussi protesté contre sa représentation sous forme de saucisson hongrois. D’autres Etats pourraient demander leur retrait de la carte. La question ne se pose pas pour le Royaume-Uni : en lieu et place du pays, un trou, censé symbolisé l’euroscepticisme des Britanniques.