DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : Colère des familles de victimes de l'hormone de croissance


France

France : Colère des familles de victimes de l'hormone de croissance

Le tribunal correctionnel de Paris a acquitté ce mercredi la totalité des prévenus dans l’affaire de l’hormone de croissance. Après 18 ans de lutte judiciaire, et bien que le Parquet ait décidé de faire appel pour trois des accusés, les familles sont en plein désaroi, à l’image de la mère de l’une des vivtimes. “On espérait au moins une peine de avec sursis. Au moins qu’il y ait une condamnation pour ce qu’ils ont fait. C’est un minimum”, explique Michèle Jolivet entre deux sanglots.

Des peines de prison avec sursis avaient été requises contre certains prévenus accusés d’homicide involontaire il y a plus de 20 ans, comme le rappelle l’avocat de la défense. “C’est pas la souffrance qui caractérise une infraction, c’est le droit pénal. Et dans ce dossier, dès le début, il y avait en droit pénal des vraies questions. Des questions de connaissance du risque, de date à laquelleon connaît le risque. Dans ces affaires on remonte le temps. On se dit que maintenant on sait parfaitement ce qu’il fallait faire il y a 20 ans. Mais on doit se placer il y a 20 ans et regarder ce qu’on savait il y a 20 ans”, précise Benoît Chabert. 117 personnes sont mortes suite aux injections d’hormones de croissance contaminées par la maladie de Creutzvelt-JaKob. Une hormone prélevée sur des cadavres sans contrôle et sans hygiène selon l’instruction.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Camorra perd un de ses chefs