DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Europe au chevet d'une industrie automobile grande pourvoyeuse d'emplois

Vous lisez:

L'Europe au chevet d'une industrie automobile grande pourvoyeuse d'emplois

Taille du texte Aa Aa

Assouplir les règles de la concurrence pour permettre aux 27 d’aider le secteur de l’automobile en Europe, c’est ce qu’a demandé vendredi Christine Lagarde la ministre française des Finances à la Commission européenne dans le cadre d’une réunion à Bruxelles des ministres en charge de l’industrie et des transports de l’ensemble des pays européens. La crise est grave : le marché irlandais des ventes de voitures a fléchi de 62% en 2008, de 50% pour le marché espagnol, de plus de 20% en Grande Bretagne, le repli étant de près de 16% pour le marché français. Comment faire face, au niveau européen et au niveau national, au déclin de l’industrie automobile ? C‘était donc le thème de la réunion de vendredi. L’harmonisation des mesures destinées à soutenir l’automobile en Europe à l’aide d’une boite à outil dont chaque pays en utiliserait ensuite les instruments en fonction des besoins propres à son marché et à son industrie : c’est ce qu’a également proposé à Bruxelles la ministre française de l’Economie et des Finances. L’industrie automobile européenne est la plus importante au monde : elle emploie directement 2,3 millions de salariés et indirectement 12 millions ce qui représente un peu plus d’un emploi sur cinq dans l’Union européenne. Une des premières mesures annoncées vendredi par Günter Verheugen, le commissaire européen à l’industrie concerne la BEI, la Banque européenne d’investissement qui va apporter des financements aux constructeurs automobiles qui ont du mal à obtenir des crédits par les voies traditionnelles.