DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour sur trois semaines d'offensive israélienne

Vous lisez:

Retour sur trois semaines d'offensive israélienne

Taille du texte Aa Aa

27 décembre 2008 : Israël met ses menaces à exécution. 230 Palestiniens sont tués dans le bombardement des camps d’entraînement de la police du Hamas à Gaza. Israël prévient : l’opération Plomb durci durera tant que les Palestiniens continueront à tirer des roquettes sur le sud de l’Etat hébreu.

Une semaine plus tard, Tsahal lance ses chars à l’assaut de Gaza. Alors que les affrontements directs se multiplient dans les rues de Gaza, toujours plus meurtriers, l’aviation poursuit son pilonnage des bâtiments officiels et des dizaines de tunnels de contrebande creusés par les Palestiniens pour contourner le blocus imposé par Israël depuis l‘été 2007. Pris au piège des combats, 45 000 Palestiniens se réfugient dans les écoles administrées par l’ONU. Le 6 janvier, c’est la bavure : quatre écoles sont touchées par les frappes israéliennes. Des dizaines de civils sont tués. Le 8, l’ONU appelle Israël à un cessez-le-feu immédiat. En vain. Pour sa défense, Israël explique avoir la preuve que les leaders du Hamas se cachent parmi les civils, dans les missions internationales, les écoles et même dans les hôpitaux. La même justification est mise en avant le 15 janvier, quand l’hôpital Quds et un bâtiment de la presse sont ravagés par les flammes. Israël est d’autre part très vite pointé du doigt pour son utilisation controversée des bombes au phosphore blanc. Ces munitions incendiaires sont autorisées par le droit international pour éclairer le champ de bataille, mais pas en zone urbaine. Pour ce qui est du bilan de ces trois semaines de guerre, Israël peut se targuer d’avoir éliminé au moins trois ténors du Hamas. Mais on estime que sur plus de 1200 Palestiniens tués, 700 étaient des civils. Quant à l’objectif initial de l’opération plomb durci, à savoir mettre un terme aux tirs de roquettes palestiniens sur le sud d’Israël, il n’a pas été atteint. Si leur nombre a diminué, ils se sont poursuivis chaque jour qu’a duré l’offensive, tuant trois civils israéliens. Enfin, Israël a limité les pertes militaires dans ses rangs : dix de ses soldats sont tombés au combat à Gaza.