DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Négociations d'adhésion : Ankara met la pression sur l'Europe

Vous lisez:

Négociations d'adhésion : Ankara met la pression sur l'Europe

Taille du texte Aa Aa

La Turquie fait monter la pression sur les Européens, accusés de freiner les négociations d’adhésion. Plus de trois ans après leur lancement, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a fait le déplacement jusqu‘à Bruxelles pour donner un coup de fouet au processus et dire aux responsables européens quel est son voeu pour la nouvelle année :

“L’adhésion à l’Union européenne est une grande priorité pour la Turquie. Et j’espère que 2009 marquera un véritable changement pour nous. Car à présent, la République tchèque préside l’Union, et elle sera suivie par la présidence suédoise. J’espère donc qu’il y aura un bond en avant en 2009.” Et au cas où le message ne passerait pas bien, le Premier ministre turc a explicitement menacé de ne plus soutenir Nabucco. Un projet de gazoduc très cher aux Européens, inquiets de leur approvisionnement en gaz après la nouvelle crise russo-ukrainienne. Nabucco doit permettre d’acheminer en Europe du gaz issu de la Caspienne, voire du Moyen-Orient, en évitant la Russie et en transitant par la Turquie. “Je crois vraiment que nous avons ici un bon terrain pour la coopération entre la Turquie et l’Union européenne. L’UE est un marché très important pour l‘énergie, et la Turquie est un pays crucial pour le transit de par sa position géographique. Je pense qu’il y a là une équation gagnant-gagnant”, a commenté José Manuel Barroso. C’est pourtant loin d‘être aussi simple. Si le dossier sur l‘énergie et d’autres n’ont pas encore été ouverts avec les Turcs, c’est parce que les Chypriotes grecs s’y opposent. Eux-même voient leurs navires et leurs avions interdits d’accès dans les ports et aéroports turcs et attendent une levée de l’interdiction pour lever leur véto.