DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bush - Obama : une transition discrète mais active

Vous lisez:

Bush - Obama : une transition discrète mais active

Taille du texte Aa Aa

Quelques jours à peine après ce fameux soir du 4 novembre 2008, le couple présidentiel élu est reçu à la Maison blanche par les Bush, pour faire connaissance avec leurs futurs quartiers et SURTOUT avec les dossiers en instance. A commencer par la crise économique mondiale, au dessus de la pile. Obama l’a bien compris. En désignant son équipe économique avant même celle chargée de la sécurité nationale, il rompt avec l’habitude… Le ton est donné. Obama n’entend pas rester inactif durant cette transition. Son site Change.gov lancé au lendemain de son élection en est le reflet :

“Notre première tâche, c’est de redonner du travail aux gens, et de remettre notre économie en marche y dira-t-il. C’est un enjeu extraordinaire, et c’est pourquoi j’ai pris la décision de travailler, avant même de prendre mes fonctions, avec mon équipe économique.” L‘économie, au coeur de ses priorités. Une fois l‘équipe constituée, il va élaborer les autres, et s’entourer essentiellement d’anciens membres de l’administration Clinton, dont l’ex-Première dame et ex-adversaire de la campagne démocrate Hillary Clinton. Puis le président prend quelques jours de vacances en famille, à Hawai, avec une cote de popularité sans précédent pour un président élu. L’obamania se poursuit et ce ne sont pas les images du golfeur élégant ou du père de famille attentionné qui vont la ternir. Des vacances qui prennent fin au moment ou s’embrase à nouveau le Moyen-orient. Et s’il est un dossier sur lequel il est peu pressé d’intervenir, c’est bien celui-ci. Avec raison pour cet analyste : “Un président n’a pas deux occasions de faire une première impression, et comme l’attente sur ce qu’il va dire ou faire est énorme, il a préféré se montrer discret, et à juste titre à mon avis … “ Au plus fort de la crise entre palestiniens et israéliens et face aux images de civils tués, son silence va sembler troublant à certains. Face à la pression, il finit par aborder la question, prudemment: “Qu’ils soient palestiniens ou israéliens, quand vous voyez des civils blessés ou en détresse, c’est déchirant. Et évidemment, ce qui se passe me rend encore plus déterminé à essayer de sortir d’une impasse qui dure depuis des décennies…” Active mais discrète, c’est ainsi que l’on peut qualifier la transition qu’aura menée Barack Obama avant de prendre la fonction qui le fera entrer définitivement dans l’histoire du pays