DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Economie et armée, premiers défis de Obama

Vous lisez:

Economie et armée, premiers défis de Obama

Taille du texte Aa Aa

La journée était emprunte d‘émotion et d’espoir, le discours, d’enthousiame et de gravité. Car le contexte de cette prise de fonction est tout sauf facile, les défis sont nombreux et les besoins urgents. Alors après les flonflons de la fête, l’heure est au travail pour Barack Obama. Deux priorités, l’armée et l‘économie : “L‘état de l‘économie réclame des gestes audacieux et rapides. Et nous agirons, non seulement pour crèer de nouveaux emplois, mais pour jeter les fondations d’une nouvelle croissance.”

La demande est pressante, il faut remettre l‘économie de la plus grande puissance mondiale sur les rails, et depuis une semaine, l‘équipe Obama s’y attelle. “L’heure tourne, explique un analyste. L’administration Obama et le Congrès doivent agir rapidement pour que le deuxième plan de relance soit développé avec la plus grande responsabilité et transparence. Peut-être que les attentes sont un peu élevées, mais il est très important d’avoir de l’espoir, parce qu’il y en a eu peu ces derniers temps, il faut nourrir cet espoir, cela va prendre part sans doute à la reprise.” Autre dossier qui a particulièrement marqué la campagne du candidat Obama, et sur lequel le nouveau président est très attendu, la politique américaine en Irak et Afghanistan : “Nous allons commencer à laisser l’Irak à son peuple de façon responsable et forger une paix durement gagnée en Afghanistan.” Alors que la question fait l’objet d’‘une première réunion de travail aujourd’hui à Washington, à Bagdad, ce professeur irakien tempère les attentes suscitées par les promesses du président : “On ne peut pas juste dire que Barack Obama peut apporter des changements immédiats et radicaux, parce que après tout il est engagé dans une sorte de continuité dans la politique américaine, parce que les Etats-Unis ne sont pas gérés par un président seulement mais aussi par de nombreuses institutions.” L’Afghanistan et l’Irak, l‘économie mondiale, des situations tellement difficiles que Barack Obama risque forcément de décevoir.