DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lampedusa ne veut pas devenir Alcatraz

Vous lisez:

Lampedusa ne veut pas devenir Alcatraz

Taille du texte Aa Aa

Ils étaient quelques quatre mille personnes à manifester aujourd’hui à Lampedusa. Plus de la moitié des habitants de la petite île italienne s’est rendue devant le centre de premier accueil des clandestins, qui héberge actuellement plus de 1.600 immigrés. Leur objectif, empêcher la construction d’un second centre.

Jusqu‘à présent, les clandestins débarqués à Lampedusa étaient redirigés vers d’autres centres dans la péninsule. Mais l’immigration clandestine sur ce petit bout de terre, situé à mi-chemin entre l’Afrique et l’Italie, a augmenté de 75% en un an. Le ministre de l’Intérieur a donc décidé d’accélérer les procédures d’expulsion, et d’ouvrir dès aujourd’hui ce centre qui doit permettre de renvoyer rapidement les immigrés chez eux. “Depuis le premier janvier nous avons rapatrié à peu près 150 personnes, Egyptiens et Nigérians, directement depuis Lampedusa.” Et le gouvernement compte faire plus. Car Lampedusa concentre tout le drame de l’immigration clandestine. L’an dernier, la moitié des 67 000 clandestins qui ont rejoint l’Europe sont arrivés ici, où ils vivent dans des centres surpeuplés. Une situation humanitaire qui inquiète les Nations Unies.