DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lancer de chaussure : la Chine mécontente, mais toujours amie

Vous lisez:

Lancer de chaussure : la Chine mécontente, mais toujours amie

Taille du texte Aa Aa

Pékin l’affirme : ce n’est pas une chaussure qui compromettra l’amitié sino-britannique. Toutefois la Chine a fait part à Londres de son profond mécontentement après le lancer de chaussure sur son premier ministre, Wen Jiabao, à l’université de Cambridge.

Le projectile, une vieille chaussure de sport, a manqué sa cible d’un bon mètre. Le lanceur, un manifestant de 27 ans de type occidental parlant anglais avec accent, a été arrêté pour trouble à l’ordre public. Il a juste eu le temps de traiter Wen Jiabao de dictateur, mais a essuyé les huées de l’assistance, composée essentiellement d‘étudiants chinois. L’université relativise l’incident. “On peut parler d‘événement très réussi, a estimé son porte-parole. Il y a bien eu un incident malheureux, comme vous l’avez mentionné, mais l’université est un lieu de débat, de discussions argumentées, pas de lancer de chaussures.” Dans la matinée, le premier ministre chinois avait été reçu à Downing Street. La Grande-Bretagne était la dernière étape d’une tournée européenne visant à resserrer les liens entre Pékin et l’Europe.