DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Israël: Avigdor Lieberman, l'outsider

Vous lisez:

Israël: Avigdor Lieberman, l'outsider

Taille du texte Aa Aa

Plus d’un million de Soviétiques ont émigré vers la terre promise depuis les années 70 et surtout 90. Des ressortissants russes, partisans d’une ligne dure avec les Palestiniens, regroupés sous la bannière d’Israël Beiteinou, créé en 1999 par Avigdor Lieberman, après son retrait du Likoud pour cause de désaccord sur les concessions accordées à l‘époque aux Palestiniens.

Depuis le parti n’a cessé de progresser dans les scrutins. Et aujourd’hui, un tiers de son électorat potentiel serait constitué d’Israéliens de souche. Voilà ce que répond l’intéressé lorsqu’on lui demande pourquoi ce succés : “Je dis tout haut ce que je pense et les gens apprécient cette approche.” Son slogan phare: “Sans loyauté, pas de citoyenneté”. Lieberman est parti en guerre contre les Arabes israéliens, citoyens comme députés, accusés de soutenir le terrorisme. Son mot d’ordre: parvenir à une séparation maximale entre juifs et arabes et faire d’Israël un Etat éthniquement homogène. Et pour le parti, dont Landau est le numéro deux, c’est un souhait partagé par beaucoup en Israël : “Les gens de gauche comme de droite viennent vers nous simplement parce que nous disons à voix haute, sans nous excuser ce qu’ils ressentent: à savoir que nous sommes allés un peu loin en essayant de vivre avec les ennemis au sein de l’Etat.” La logique va loin et le parti envisage même un échange de territoires peuplés d’Arabes israéliens contre des parties de Cisjordanie où sont installées des colonies juives. L’idée sous-jacente est qu’il n’y aura pas de paix tant qu’il y aura contact entre ces deux peuples, c’est l’avis de cet analyste. “Lieberman est à la tête d’un parti israélien fasciste dont les principes et le programme sont basés sur le racisme et la peur entre Israéliens et Arabes. Ainsi il cultive l’incitation, il réclame une déclaration d’allégeance qui va exclure des millions de citoyens israéliens.” On le compare à Umberto Bossi, Jean-Marie Le Pen ou Jorg Haider et comme eux, Avigdor Lieberman est en passe de réaliser un très bon score, un score d’arbitre qui pourrait lui valoir une place importante dans le futur gouvernement.