DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Pérou en vedette à Berlin


Culture

Le Pérou en vedette à Berlin

Le festival de Berlin emporté par le cinéma latino-américain. L’Ours d’or est revenu à l’unanimité à “La teta asustada” littéralement “le sein effrayé” de la Péruvienne Claudia Llosa. L’autre grand vainqueur de cette Berlinale est le film uruguayen “Gigante” d’Adrian Biniez, qui a remporté trois prix. Fréquentation record pour un 59ème festival de Berlin jugé décevant par la critique en raison d’un manque de films exceptionnels.

Premier film péruvien sélectionné en Allemagne en 59 ans de compétition, “La teta asustada” a fait sensation en remportant d’entrée de jeu la récompense suprême. Cette production hispano-péruvienne est centrée sur le personnage de Fausta, jeune femme traumatisée par le viol dont a été victime sa mère durant les combats entre l’armée et la guérilla maoïste du Sentier lumineux dans les années 80. Véritable héros de la soirée, l’Argentin Adrian Biniez a rafflé trois prix pour “Gigante”: prix du jury, meilleur premier film et prix Alfred Bauer. “Gigante” c’est le portrait insolite et drôle d’un gardien de supermarché solitaire dont la vie est troublée lorsqu’une femme apparaît sur son moniteur de surveillance. Un deuxième Ours d’argent a été décerné au film allemand “Alle anderen”, “Tous les autres” de la réalisatrice Maren Ade. L’autrichienne Birgit Minichmayr, 31 ans, a été distinguée d’un Ours d’argent, celui de la meilleure actrice pour son rôle dans “Tous les autres” portrait tragi-comique d’un couple. Le Malien Sotigui Kouyaté, 72 ans, Ours d’argent du meilleur acteur pour “London river” du Franco-Algérien Rachid Bouchareb, qui l’avait déjà dirigé dans “Little Senegal” en 2001. La rencontre, à Londres, d’Ousmane et Elisabeth, un musulman et une chrétienne, tous deux à la recherche de leur enfant, qui n’a pas donné signe de vie depuis les attentats. L’Iranien Asghar Farhadi, 36 ans, a gagné l’Ours d’argent du meilleur réalisateur avec “About Elly”, où la jeune bourgeoisie de Téhéran joue avec les codes sociaux imposés par l’islam.

Le choix de la rédaction