DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Environnement: Le Pantanal, terre en danger


science

Environnement: Le Pantanal, terre en danger

Le Pantanal Matogrosso, patrimoine mondial de l’humanité. Localisée à l’intérieur de l’Amérique du Sud, c’est l’une des réserves naturelles les plus exubérantes et les plus diversifiées de la planète. Cette terre est un gigantesque marais, la plus grande zone humide au monde. Sa surface s‘élève à 200 000 km2- c’est la moitié de la France- répartis entre le Brésil, la Bolivie et le Paraguay. Une terre en danger en raison de la déforestation. Selon les scientifiques, ce patrimoine pourrait disparaître dans 45 ans.

Le Pantanal est irrigué de fleuves venus de toutes les régions du Brésil. Un melting pot d‘écosystèmes où se mélent savane, forêt amazonienne et tropicale, végétation exubérante et aride, cactus et jacinthe d’eau. C’est la plus grande source d’eau douce d’Amérique du sud. Sa destruction causée par l’agriculture sauvage et l’industrie pourrait affecter des millions de consommateurs aussi bien à Asuncion qu‘à Buenos Aires. “Aujourd’hui, le plus grand risque pour le Pantanal c’est la déforestation explique Allesandro Menezes de l’ONG Ecoa. Elle n’a pas lieu nécessairement sur le plateau du Pantanal, qui est la plus grande surface, mais elle se produit aux frontières et les frontières sont cruciales pour l’existence du Pantanal. Car c’est depuis les zones frontalières qu’arrivent les eaux qui nourrissent le fleuve Paraguay.” L‘élevage du bétail et l’agriculture sauvage sèment la destruction et sont la plus grande source de pollution du Pantanal. A quelques mètres d’un refuge écologique, les arbres sont abattus pour créer des pâturages. C’est la disparition de la flore originale. Ce biologiste et guide touristique affirme qu’il y a des signes que l’eau de ruissellement en provenance des fermes toutes proches, sont en train d’altérer l‘équilibre fragile de l‘écosystème. “Nous avons de nombreuses terres cultivées entourant le bassin du Pantanal dans les régions les plus élevées comme les cannes à sucres, le maïs et le soja qui amènent beaucoup de substances dans l’eau comme des engrais toxiques, ce qui affecte la biodiversité” affirme le biologiste Elder De Oliveira. Autre source de pollution pour le Pantanal: la production de charbon de bois. Près de 3500 tonnes d’arbres sont transformées chaque jour en charbon. Selon certaines ONG, la demande de charbon des haut fourneaux brésiliens a accéléré la déforestation ces dernières années. Il en est de même de l’offre faite par les mineurs aux propriétaires de ranch pour “nettoyer” gratuitement leurs terres en échange du bois qu’ils récupèrent. La déforestation entraîne aussi l‘érosion durant la saison des pluies quand l’eau atteint jusqu‘à 5 mètres de haut. Les dépôts de vase ont créé de larges bancs de sable sur de grands affluents du fleuve Paraguay comme le Rio Negro ou le Taquari. Résultat: la navigation n’est pratiquement plus possible. Autre conséquence : la taille et la forme du Pentanal vont changer ainsi que les cours des fleuves, les lacs vont s’assécher. La faune et la flore courent donc de grands risques. Les écologistes tirent la sonnette d’alarme: l’Etat du Mato Grosso au Brésil est l’un des champions de la déforestation. Ils réclament des actions urgentes et concrètes de la part du gouvernement pour renverser la situation. Il en va de la survie de ce poumon de la planète.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

Science: Du biocarburant à base d'algues