DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les malheurs de GM font trembler ses filiales européennes

Vous lisez:

Les malheurs de GM font trembler ses filiales européennes

Taille du texte Aa Aa

Les mauvaises prévisions de General Motors font craindre de graves répercussions sur ses filiales européennes. Le constructeur automobile américain va supprimer 47.000 emplois supplémentaires d’ici la fin de l’année, dont 26.000 hors des Etats-Unis. Après avoir étudié différents scénarios, le président de la firme estime que la mise en faillite n’est pas une option valable pour lui ou ses filiales, que ce soit la suédoise Saab ou l’Allemande Opel.

“En ce qui concerne OPEL nous sommes en plein travail avec divers partenaires dont le gouvernement allemand pour ce qui est des options de financement. Et je crois qu‘à ce stade nous devons tenir compte de toutes les options”, explique Rick Wagoner. Pour l’heure General Motors ne prévoit pas la fermeture d’usines en Europe. En revanche le constructeur demande 30 milliards de dollars d’aide à Washington, le double de l’aide demandée en décembre. General Motors n’est pas le seul constructeur américain à souffrir de la crise qui frappe le secteur. Chrysler demande lui aussi deux milliards de dollars d’aide supplémentaire.