DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise n'épargne pas non plus les milliardaires

Vous lisez:

La crise n'épargne pas non plus les milliardaires

Taille du texte Aa Aa

La villa Leopolda, sur les hauteurs de Villefranche sur/mer dans la riviera française, avait trouvé un acquéreur en la personne du milliardaire russe Mikhaïl Prokhorov au prix de 390 millions d’euros après une première offre en 2008 à 500 millions d’euros. La crise a poussé le roi russe du Nickel à faire plus attention à son porte-monnaie et celui-ci veut renégocier le prix. “Peut-être c’est Monsieur Prokhorow, ou Monsieur X, Y, P, j’en sais rien, affirme Jean-Jacques Hermant, le président de la chambre régionale des notaires. Il aurait la même réaction qu’un Français ou qu’un homme d’affaires avisé. Il rediscute peut-être le prix.” Un nouveau compromis de vente serait en négociation sur la base d’un prix de 200 millions d’euros, sans les oeuvres d’art que contient la villa. Les temps sont durs pour les milliardaires. “On a beaucoup moins de demandes de “milliardaires”, mais toujours de millionnaires, explique Michael Zingraf, agent immobilier dans le secteur. A partir de deux millions, on est déjà millionnaire. Donc, dans des budgets beaucoup plus petits : entre trois et dix millions, on a encore suffisamment de demandes.” Tout ceci reste très virtuel car Michael Prokhorov dément toujours être l’acheteur de la villa Leopolda, estimée comme le bien immobilier en vente le plus cher du monde. Et dire que l’emplacement de l’actuelle villa avait été acquis pour un franc symbolique par le roi Leopold II de Belgique en 1902.