DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crash aérien près d'Amsterdam : l'enquête prendra des mois

Vous lisez:

Crash aérien près d'Amsterdam : l'enquête prendra des mois

Taille du texte Aa Aa

Beaucoup de questions restent en suspens au lendemain du crash d’un avion de la Turkish Airlines près d’Amsterdam. La boîte noire du Boeing 737-800 a été récupérée hier, mais les enquêteurs préviennent qu’il faudra des jours, voire des mois, pour établir les causes de l’accident.

Sur les 134 personnes qui se trouvaient à bord, des Turcs pour la plupart, neuf ont été tuées et plus de 80 blessées. Six sont dans un état critique. L’appareil en provenance d’Istanbul s’est écrasé hier matin dans un champ à environ trois kilomètres de l’aéroport d’Amsterdam Schipol, en bordure d’autoroute. Une quarantaine de passagers ont réussi à quitter l’avion disloqué par leur propres moyens peu après sa chute. Mais de nombreux blessés sont restés bloqués pendant des heures entre les sièges, à l’avant et à l’arrière, dans un bain de sang. 750 secouristes ont travaillé d’arrache-pied jusqu’au soir pour les délivrer. 67 proches des victimes sont arrivés à Amsterdam en provenance d’Istanbul hier soir à bord d’un vol spécial affrêté par la compagnie turque. Les autorités néerlandaises ont averti que l’identification des neuf corps prendrait du temps. En attendant, les enquêteurs recueillent le témoignage des rescapés. Cette femme raconte que quand elle a entendu le pilote crier, elle a cru que c‘était une blague. Mais le nez de l’avion a plongé. Aucun des trois pilotes n’a survécu. Selon les experts, les rescapés doivent leur salut au fait que l’avion n’ait pas pris feu.