DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pertes records dans le secteur bancaire

Vous lisez:

Pertes records dans le secteur bancaire

Taille du texte Aa Aa

L’ampleur de la crise se confirme avec des résultats désastreux dans le secteur financier.

En Grande-Bretagne, Royal Bank of Scotland inscrit un triste record. Sa perte de 24 milliards de livres sterling – soit 27 milliards d’euros – sur 2008 est inédite outre-Manche. Et pourtant c’est mieux que prévu. Londres va injecter des capitaux et couvrir les actifs toxiques de la banque, écopant au final de 70 % des droits de vote chez RBS. En Allemagne, l’assureur munichois Allianz accuse lui une perte de 2,4 milliards d’euros sur 2008. Les comptes ont été plombés par son ancienne filiale bancaire, la Dresdner Bank, rachetée en janvier par la Commerzbank. Et puis en France, Natixis a fait nettement moins bien que prévu en 2008 avec une perte de 2,8 milliards d’euros. La banque d’investissement a cependant fait savoir que ses fonds propres avaient été renforcés d’1milliard 900 millions d’euros par ses deux principaux actionnaires, les Caisses d’Epargne et les Banques populaires, actuellement en cours de rapprochement. Natixis a par ailleurs annoncé être en négociations exclusives avec le Crédit Agricole pour lui céder une participation dans ses activités de conservation de titres. De quoi renflouer les caisses de 595 millions d’euros. Le groupe Banque Populaire a d’ailleurs publié sa première perte nette annuelle de l’après-guerre. Elle ressort à 468 millions d’euros et est principalement imputable à des dépréciations d’actifs chez Natixis.