DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Premier scrutin en Espagne depuis le début de la crise financière

Vous lisez:

Premier scrutin en Espagne depuis le début de la crise financière

Taille du texte Aa Aa

Quatre millions d‘électeurs sont invités à voter en Galice et au Pays basque. Des régionales qui prennent des allures de test pour le gouvernement Zapatero.

Les socialistes pourraient inverser la tendance au Pays basque, dirigé depuis vingt-neuf ans par les nationalistes du PNV de Juan José Ibarretxe. Mais aucune des deux formations n’a creusé l‘écart, elles sont au coude à coude dans les sondages. Pendant la campagne, le socialiste Patxi Lopez a plaidé pour une extension de l’autonomie de la région. Le Pays basque a été secoué par un regain de violence ces derniers mois. Fin décembre, la télévision publique était prise pour cible. Un attentat signé de la main de l’ETA. L’organisation indépendantiste a dénoncé un scrutin antidémocratique, car deux partis ont été interdits. D3M et Askatasuna ont du retirer leurs listes. La justice espagnole estime qu’ils ne sont que des prête-noms à Batasuna, la branche politique de l’ETA. Autre enjeu de ces élections, la Galice. José Luis Rodriguez Zapatero est allé lui même prendre la température à St-Jacques de Compostelle. Le parti socialiste espagnol a ravi la Galice au Parti populaire en 2005 en s’alliant aux nationalistes. Il espère renouveler la performance. Mais c’est bien le PP de Mariano Rajoy qui fait figure de favori, malgré une affaire d’espionnage interne qui ébranle le parti et une enquête pour corruption dont il fait l’objet.