DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gaza à la merci du blocus

Vous lisez:

Gaza à la merci du blocus

Taille du texte Aa Aa

Plus d’un mois s’est écoulé depuis que le Hamas et Israel ont annoncé leur cessez-le-feu. Et à Gaza, rien n’a changé pour ceux qui ont perdu leur maisons. Mal logés dans des tentes, mal nourrís, ils sont désespérés : “Ils ne font que parler, dit cette femme, en colère. En attendant, regardez ce qui nous est arrivé, ils s’en fichent de nous, mes fils ont pris froid. Et regardez ces tentes, la nuit dernière, toutes les tentes ont tombées à cause de la tempête. Tous les enfants sont malades.”

L’offensive israélienne contre la bande de Gaza a duré 22 jours et fait plus de 1.300 morts côté palestiniens, mais aussi d‘énormes dégâts matériels. Le Conseil économique palestinien pour le développement et la reconstruction estime les dégâts à plus d’un milliard et demi d’euros. 20 000 maisons ont été endommagées, 5 000 détruites, le coût total des dégâts dans le logement s‘élève à 370 millions d’euros. Les efforts de reconstruction sont plombés, selon les palestiniens, par le blocus israélien. Il empêche l’entrée dans Gaza des matériaux de construction, comme le ciment ou le fer, qui pourrait être utilisé par le Hamas pour construire des bunkers. Ici à Jabaliya, dans le nord de Gaza, les habitants doivent acheter les matériaux au marché noir pour pouvoir reconstruire : “ On trouve le sac de ciment à 250 shekels, 47 euros, alors qu’il vaut 30 shekels, 5 euros environ… Et le fer que nous utilisons, c’est du fer recyclé, parce qu’il n’y a rien qui rentre ici, aucun matériel ne passe aux points de passage” explique cet homme. Les restrictions à la frontière perturbent même l’aide d’urgence, des milliers de tonnes de matériel sont coincées aux portes de Gaza, selon ce responsable de l’UNRWA : “Il est plus urgent que jamais de trouver une solution pour ouvrir les points de passage et pour que le matériel puisse entrer. Et il faut être clair, ce n’est pas seulement le matériel qui est bloqué, c’est aussi la nourriture et les médicaments” explique-t-il. Ces maisons de Khan Younes sont destinées à des familles privées de toit lors d’offensives israéliennes précédentes. Elles ne sont toujours pas finies, faute de matériel.