DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les livraisons de gaz russe à l'Ukraine connaissent de nouveaux soubresauts


Ukraine

Les livraisons de gaz russe à l'Ukraine connaissent de nouveaux soubresauts

Alors que l’accord signé en janvier est source de tensions au sommet de l’Etat ukrainien, le premier ministre russe Vladimir Poutine a menacé de fermer le robinet si Kiev ne payait pas d’ici samedi sa facture pour février. Gazprom affirme pourtant avoir reçu le réglement. Vladimir Poutine affirme “voir la situation en Ukraine comme une affaire exclusivement intérieure. En même temps,” poursuit-il, “nous ne pouvons pas ne pas souligner les conséquences négatives de cette situation pour les livraisons de gaz, aussi bien pour l’Ukraine que pour l’Europe”.

Car rien ne va plus entre le président ukrainien et sa première ministre. Ioulia Timochenko dénonce les interventions policières visant la compagnie ukrainienne Naftogaz. D’après Ioulia Timochenko, “il s’agit non seulement d’une violation de la constitution, mais sur le fond, on détruit les fondements même des lois d’un Etat. Malheureusement, le bureau du procureur ne réagit pas parce qu’il défend ses propres intérêts,” affirme-t-elle. Ioulia Timochenko et Viktor Iouchtchenko sont en total désaccord au sujet du contrat négocié par la première ministre avec la Russie en janvier. Le chef de l’Etat ukrainien dénonce la forte augmentation des tarifs concédés à Moscou. Leur confrontation a atteint son comble avec l’intervention des services de sécurité, dirigé par Viktor Iouchtchenko, hier chez Naftogaz et ce matin chez l’une de ses filiales.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Baisses conjuguées des taux de référence de la BCE et de la Banque d'Angleterre jeudi