DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise du gaz russo-ukrainienne : l'UE prise en otage

Vous lisez:

Crise du gaz russo-ukrainienne : l'UE prise en otage

Taille du texte Aa Aa

L’Union européenne redoute de faire les frais d’une nouvelle crise du gaz entre Kiev et Moscou.

Hier, le pire a été évité quand l’Ukraine s’est finalement acquittée entièrement de sa facture de février auprès du russe Gazprom. Mais ce, uniquement après que Vladimir Poutine, le premier ministre russe, eut brandit la menace de fermer les robinets, comme en janvier. “ Si les perquisitions et les arrestations au sein de Naftogaz ont pour conséquence l’arrêt des paiements ukrainiens, a prévenu Vladimir Poutine, cela conduira à l’interruption de nos livraisons énergétiques à nos clients européens.” Le gaz russe à destination de l’Europe transite en effet par l’Ukraine. Cette mise en garde a été lancée peu après une vaine tentative des services de sécurité ukrainiens du SBU, de pénétrer dans les locaux d’une filiale de Naftogaz. Le deuxième incident de ce type en deux jours. Le numéro 2 du SBU a affirmé que ses services ne feront rien pour empêcher l’Ukraine d’honorer ses engagements gaziers auprès de la Russie. Il a cependant reconnu avoir des doutes sur le contenu des contrats signés avec Moscou. Le SBU relève de l’autorité du président, qui a maintes fois critiqué les contrats gaziers négociés par sa première ministre et rivale. Ces contrats prévoient notamment une forte hausse des tarifs.