DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Brésil divisé après l'affaire de l'avortement de la fillette de neuf ans

Vous lisez:

Le Brésil divisé après l'affaire de l'avortement de la fillette de neuf ans

Taille du texte Aa Aa

Le Vatican soutient l’excommunication de la mère d’une Brésilienne de neuf ans ayant avorté après avoir été violée.

La fillette était enceinte de quinze semaines de deux jumeaux, à la suite de viols répétés de son beau-père, âgé de vingt-trois ans. Le président brésilien ne comprend pas la décision de l’Eglise : “Je ne vois pas comment il est possible de permettre à une fille de neuf ans, violée, d’avoir ces bébés, surtout si ça met sa vie en danger. Je pense que dans ce cas les lois de la médecine sont au dessus des lois de l’Eglise”. Le Brésil est le plus grand pays catholique au monde… L’IVG y est interdite sauf en cas de viol ou de danger de mort pour la mère. Les membres de l‘équipe médicale qui ont pratiqué l’avortement ont été excommuniés eux-aussi par l‘église brésilienne : “Dans ce cas, l’avortement était légal, explique l’un des médecins. Elle a été violée et sa vie était en danger. En tant que docteur, je n’avais pas le droit de lui faire courir le risque de perdre la vie”. Mais l’archevêché brésilien est resté soumis aux dogmes de l’Eglise… Impossible pour lui de s’adapter à ce cas extrême : “La loi de Dieu est supérieure à toute loi humaine, explique l’archevêque. Si une loi créée par l’homme va contre celle de Dieu, alors elle n’a aucune valeur”. L’affaire ne manquera pas de relancer le débat sur l’avortement, que le ministère brésilien de la Santé tente en ce moment de dépénaliser.