DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le secret bancaire fait de la résistance

Vous lisez:

Le secret bancaire fait de la résistance

Taille du texte Aa Aa

Défendre le secret bancaire, c’est l’engagement pris par les ministres des finances autrichien, luxembourgeois et suisse hier à Luxembourg.

Un pour tous, tous pour un : c’est d’une seule voix qu’ils ont demandé à être associés aux discussions internationales sur le sujet, et notamment au sein du G20, qui se réunit le 2 avril à Londres. Luc Frieden, Ministre Luxembourgeois du budget, a expliqué que le secret bancaire lui semblait important pour protéger la sphère privée des citoyens honnêtes, et les données stockées par les banques. Les trois petits pays redoutent que le G20 ne les inscrive sur une liste noire des paradis fiscaux. Pour éviter cela, ils ont réitéré leur engagement à lutter contre la fraude fiscale. La Suisse, qui a accepté une levée partielle du secret bancaire dans l’affaire UBS, pourrait d’ailleurs s’inspirer du Liechtenstein, qui a signé à l’automne un accord de coopération avec le Trésor américain. “ Dans cet accord, explique le premier ministre du Liechtenstein, Klaus Tschütscher, nous avons reconnu les demandes légitimes du fisc américain. C’est un bon compromis.” La pression internationale sur les pays pratiquant le secret bancaire s’est accentuée à la faveur de la crise financière, alors que les Etats ont cruellement besoin d’argent pour financer de coûteux plans de relance.