DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irlande du nord : Les menaces plus vives que jamais depuis dix ans

Vous lisez:

Irlande du nord : Les menaces plus vives que jamais depuis dix ans

Taille du texte Aa Aa

Depuis 2007, à l’issue d’un processus de paix qui aura mis 9 ans à se stabiliser, les nord-irlandais sont enfin dotés d’un gouvernement biconfessionnel, et d’une police, reconnue par le Sinn fein. Mais, malgré les apparences, la violence n’a jamais totalement disparue. Ces derniers mois, 5 membres de cette police ont été blessés dans des attaques isolées. Fin janvier, une voiture bourrée d’explosifs sensée viser une base militaire britannique était découverte au sud de Belfast.

Selon le chef de la police, la menace était plus vive que jamais depuis dix ans : “Nous avons répété durant ces neuf derniers mois que la menace contre la police et l’armée en Irlande du nord était en hausse. Vous ne verrez pas de changement majeur dans l’action policière après de ce qui vient de se passer. Nous voulons continuer à travailler normalement, proportionnellement aux menaces en présence, mais elles sont plus élevées que jamais.” La reconnaissance par les républicains catholiques de cette police, considérée durant 80 ans comme le le symbole de la toute puissance des protestants dans la province, et le démantèlement de l’arsenal de l’Ira en 2005 : ce furent les conditions sine qua non à la reprise des institutions. Mais certains groupuscules dissidents de l’Ira comme l’ira Véritable ou l’Ira Continuité ne l’ont jamais admis, et refusent le processus de paix. Des groupes clandestins, aux moyens limités, et qui surtout aujourd’hui n’ont plus de soutien populaire. Les résultats obtenus par les partis extrémistes aux dernières élections prouvent à quel point leurs idéaux ne font plus recette. Même parmi ceux qui les partageaient autrefois : “C’est une manoeuvre pour nuire au processus de paix, ramener les gens à la guerre, ramener les soldats britanniques dans les rues, pour écarter les hommes politiques, et nous n’allons pas laisser faire cela…” a estimé Gerry Adams lundi soir. La réponse à cette tentative de déstabilisation ne sera pas l’envoi de nouvelles troupes britanniques, ce qui risquerait de faire voler en éclat le processus de paix. Autrefois, 27 000 soldats de sa majesté étaient présents ici. Ils ne sont plus que 5 000, et il y a longtemps qu’ils ne patrouillent plus dans les rues.