DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un demi siècle... Pour les tibétains en exil, une longue attente

Vous lisez:

Un demi siècle... Pour les tibétains en exil, une longue attente

Taille du texte Aa Aa

Depuis un demi-siècle, il tient les tibétains unis, ceux de l’exil et ceux qui sont resté au pays. Le 14eme Dalai Lama, depuis son exil à Dharamsala prône sans cesse le “chemin du milieu”, celui d’une autonomie politique pour le Tibet. C’est en 1979 que le chef spirituel tibétain a cessé de revendiquer l’indépendance et tendu la main à la Chine, dans l’idée de trouver une sortie négociée au litige.

Pendant 50 ans, les tibétains ont obéi sans faille à leur leader spirituel, ils sont 100 000 à vivre en exil. Un demi-siècle, c’est long, et certains n’ont plus de patience. “Je me sens triste… Je suis triste d‘être encore une réfugiée et de vivre dans un autre pays, je suis tibétaine mais je n’ai jamais vu mon pays. Et avec ce 50e anniversaire, j’espère qu’un jour viendra ou je pourrai enfin retourner dans mon pays…’” explique cette jeune femme. Mais comment y parvenir? Pour la vieille génération d’exilés, la voie de la non-violence prônée par le Dalai Lama est incontestable. Entré en résistance en 1958 contre l’occupation chinoise du Tibet, Dhanga Phuntsok y croit fermement: “L’indépendance n’arrivera sans doute pas de mon vivant, je vais bientôt avoir 78 ans. Mais la liberté est possible pour les jeunes. Sa sainteté est là… On a un espoir d’obtenir l’indépendance du Tibet” dit-il. Sa petite-fille, elle, exprime le sentiment d’une jeune génération moins complaisante, plus déterminée : “Beaucoup de personnes se sont sacrifiées jusqu‘à maintenant. Et leur sacrifice … leur sacrifice pour leur pays ne sera pas vain. Nous devons nous battre pour obtenir notre indépendance, nous devons encore nous battre” estime-t-elle. De l’autre coté de l’Himalaya, dans les régions voisines du Tibet, à l’ouest de la Chine, pas de témoignages, et pas d’avis. Les portes du Tibet sont fermées aux journalistes étrangers. Six millions de tibétains vivant sur le Toit du monde et dans les régions environnantes sont tenus au silence.