DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cinq ans après le 11 mars, 60 victimes ont encore des séquelles

Vous lisez:

Cinq ans après le 11 mars, 60 victimes ont encore des séquelles

Taille du texte Aa Aa

Il est marqué dans les mémoires et dans les chairs des Espagnols comme le pire attentat de l’histoire du pays. Les hommages aux 191 victimes du 11 mars 2004 se sont succédé ce mercredi à Madrid. Les membres de l’association des victimes du 11 mars se sont notamment recueillis devant le mémorial de la gare centrale d’Atocha. “Il n’y a pas une minute ou même une seconde, a témoigné la présidente de l’association, durant laquelle nous ne repensons pas à ce qui nous est arrivé il y a cinq ans”.

A l’intérieur du mémorial d’Atocha, le maire de la capitale espagnole a déposé une couronne de lauriers. Au Congrès, les députés espagnols ont observé une minute de silence à l’ouverture de la session. Outre les 191 tués, les explosions dans quatre trains de la banlieue madrilène avaient fait plus de 2.000 blessés il y a cinq ans jour pour jour. Une jeune femme reste encore dans le coma, et une soixantaine de ces blessés gardent des séquelles. Ils doivent régulièrement se rendre à l’hôpital pour des soins ou des contrôles. Trente victimes doivent suivre un traitement post-traumatique.