DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Madagascar: Le bras de fer continue

Vous lisez:

Madagascar: Le bras de fer continue

Taille du texte Aa Aa

Une journée euphorique à Madagascar pour l’opposition. Andry Rajoelina, son leader et maire de la capitale est enfin sorti de l’ombre ce samedi et s’est affiché en vainqueur devant ses partisans. L’opposition qui affirme avoir pris le pouvoir dans l‘île, s’est emparée du siège du gouvernement et promet des élections générales d’ici deux ans. Lors de ce meeting, Andry Rajoelina a exigé la démission du président Ravalomanana se disant prêt à une passation démocratique des pouvoirs. Il a reçu le soutien du président de l’Assemblée nationale et ancien Premier ministre de l’actuel chef de l’Etat. Ce dernier refuse de quitter son poste. Marc Ravalomanana dit se trouver toujours au palais présidentiel et accuse l’opposition de s‘être autoproclamée et d’utiliser la terreur.

Dans son bras de fer avec l’opposition, le président malgache a perdu le soutien de l’armée, de la police et de la gendarmerie qui refusent d’utiliser la force pour restaurer l’ordre. “Si cela peut ramener le calme, nous soutenons l’opposition” affirme le chef d‘état major de l’armée. L‘île est plongé depuis fin janvier dans sa pire crise politique depuis l’arrivée au pouvoir en 2002 de Marc Ravalomanana. Une crise qui a déjà fait plus d’une centaine de morts.