DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise : l'Europe refuse de creuser davantage ses déficits et compte sur la réforme de la finance

Vous lisez:

Crise : l'Europe refuse de creuser davantage ses déficits et compte sur la réforme de la finance

Taille du texte Aa Aa

L’Europe n’est pas prête à ouvrir de nouveau les cordons de la bourse, du moins pas dans l’immédiat. Réunis en sommet, les dirigeants des Vingt-sept préfèrent mettre l’accent sur la réforme de la finance. Ils n’excluent pas d’autres plans de relance si nécessaire, comme le réclament les Etats-Unis, mais pas avant d’avoir vu si les plans actuels portent leurs fruits.

“Il ne s’agit pas de dire : allons-nous choisir de stimuler l‘économie ou allons-nous faire la réforme de la régulation et de la supervision. Nous avons besoin des deux”, a déclaré le Président de la Commission José Manuel Barroso. La position des Européens semble donc arrêtée à deux semaines du sommet du G20 à Londres. Ils espèrent avant tout convaincre leurs partenaires de repenser la finance internationale et sa surveillance. Alors que le FMI prévoit un recul du PIB mondial pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la montée du chômage inquiète. Et les chefs d’Etat et de gouvernement ont convenu de se retrouver le 7 mai pour un sommet sur l’emploi. En revanche, ils divergent sur l’une des rares mesures anti-crise censées être financées par le budget européen : des investissements de cinq milliards d’euros dans l‘énergie et l’internet. Certains veulent y inclure le projet de gazoduc Nabucco mais d’autres veulent privilégier des projets plus immédiats.