DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Macédoine, un des pays les plus pauvres d'Europe

Vous lisez:

La Macédoine, un des pays les plus pauvres d'Europe

Taille du texte Aa Aa

Les élections présidentielles de ce dimanche sont un test crucial pour la démocratie et l’avenir européen de la Macédoine. Un vote doublé d’un scrutin local. Ces élections se déroulent dans un contexte difficile notamment sur le plan économique. La Macédoine est l’un des pays les plus pauvres d’Europe avec un taux de chômage de 35% et la crise économique accentue les tensions entre les communautés.

Les mesures de sécurité ont été renforcées dans le pays afin d‘éviter une répétition des violences entre Albanais et Macédoniens qui avaient marqué les dernières législatives de juin 2008. Une personne avait été tuée et plusieurs autres blessées. Membre de la Fédération yougoslave depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la Macédoine est devenue indépendante en 1991 et elle a échappé de peu à la guerre civile dix ans plus tard avec une insurrection de 7 mois de la communauté albanaise qui bien que représentant un quart de la population manque de poids dans les institutions du pays. Les accords d’Ohrid signés le 13 août 2001 sous les auspices de la communauté internationale et notamment de l’Union européenne permettent un retour au calme. Votés par le parlement macédonien, ils accordent davantage de droits politiques et civiques notamment au niveau local aux albanais de Macédoine. En décembre 2005, la Macédoine obtient le statut de candidat à l’Union européenne dont elle souhaite ardemment devenir membre. Un acte décisif signé en présence de Javier Solana. Outre d’importantes réformes politiques et une lutte contre la corruption exigée par l’UE, Skopje doit aussi faire face à une querelle depuis 18 ans avec Athènes au sujet du nom Macédoine. La Grèce estime que ce nom de Macédoine fait partie exclusivement de son patrimoine historique. A ce titre, elle refuse de reconnaître internationalement le pays tant qu’un nom lui convernant n’aura pas été trouvé. La Grèce menace donc de bloquer l’intégration de Skopje dans l’UE. Un blocage déjà effectué pour l’Otan. Athènes ayant mis son véto en avril 2008 à l’adhésion de Skopje dans l’Alliance Atlantique. Skopje avait pourtant été admise à l’ONU en 1993 sous le nom d’ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM ou FYROM en anglais)