DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fin de la visite du Pape en Afrique, le préservatif divise les catholiques

Vous lisez:

Fin de la visite du Pape en Afrique, le préservatif divise les catholiques

Taille du texte Aa Aa

Ce dimanche, Benoît XVI a célébré une messe dans un quartier populaire de la capitale angolaise. A cette occasion, le chef de l’Eglise catholique a dénoncé les pratiques de corruption qui minent de nombreux pays du continent. Benoît XVI s’est aussi prononcé pour une meilleure reconnaissance du rôle des femmes en Afrique.

Mais ces propos ont du mal à faire oublier ses déclarations controversées sur le préservatif. Sur ce point, est-il différent de son prédécesseur ? Pas vraiment, estime Marco Politi, journaliste italien et spécialiste du Vatican. “Jean Paul II avait une façon très charismatique d’entrer en contact avec la population, rappelle-t-il. Mais sur le plan du dogme, de la doctrine, il était sur la même ligne que celle de Benoît XVI”. En tout cas, la polémique se poursuit, jusque sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Ce dimanche, des militants de l’association de lutte contre le sida, Act-up, ont manifesté leur profond désaccord avec les propos du Pape. “Aller dire en Afrique que le préservatif aggrave le sida, ce n’est pas possible… s’insurge ainsi Eric Marty, d’Act-up. C’est une insulte pour les malades du Sida. C’est une insulte pour les millions de personnes qui sont mortes du sida.” Plusieurs opposants au Pape s‘étaient également rassemblés pour distribuer des préservatifs à la sortie de la messe. Cela a donné lieu à des échauffourrées avec les partisans de Benoît XVI. “On est d’accord avec le Pape, parce que le préservatif, ce n’est pas la solution”, assure Grégoire, jeune catholique parisien. A ses côtés, Mathieu enfonce le clou : “la preuve, il y a des distributions de préservatifs partout en Afrique, mais ce n’est pas pour autant que cela a éradiqué le sida”. Selon un sondage publié ce week-end, plus des trois quarts des catholiques français souhaitent que l’Eglise change son discours sur les questions sociales et notamment sur la contraception.