DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France va indemniser les victimes de ses essais nucléaires

Vous lisez:

La France va indemniser les victimes de ses essais nucléaires

Taille du texte Aa Aa

Treize ans après leur arrêt définitif, la France est prête à indemniser les victimes des essais nucléaires qu’elle a réalisés dans le Pacifique et le Sahara.

En avril 1998, Paris ratifiait finalement le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Mais pendant 36 ans, la France aura procédé à 210 essais, 17 dans le désert algérien entre 1960 et 1966, et 193 en Polynésie Française jusqu‘à 1996. Aujourd’hui le ministre français de la Défense, Hervé Morin, a confirmé que le plan sera doté d’une première enveloppe de 10 millions d’euros pour 2009 : “Il concernera à la fois les personnels civils et militaires de la Défense, ceux du CEA le commisariat de l‘énergie atomique ainsi que les entreprises présentes sur les sites, mais aussi les populations civiles concernées.” Les indemnités s’adressent aux 150 000 civils et militaires qui ont travaillé sur les sites des essais nucléaires en Algérie et en Polynésie Française, et aussi aux populations vivant près de ces sites. En Polynésie française, 2000 personnes seraient concernées. Le projet de loi prévoit d’indemniser toutes les victimes ayant une des 18 maladies liées aux radiations nucléaires recensées par l’Unscaer, un comité scientifique de l’ONU. Au Sahara, les essais ont eu lieu dans l’atmosphère, puis sous terre. Le ministère de la Défense reconnait ici 4 incidents avec des retombés radiactives. On parle d’une dizaine de retombées radioactives en Polynésie. Depuis longtemps les populations locales réclament des indemnisations: “Notre environnement n’est plus sain dit cet algérien, beaucoup d’animaux sont morts, notre santé s’est détériorée, nous avons droit à des compensations. “ La relance surprise des essais en Polynésie par le président Chirac en 1995, après un moratoire de trois ans décrété par Français Mitterrand avait suscité un véritable tollé mondial, avant leur arrêt définitif.