DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Américains et européens toujours en désaccord sur le montant nécessaire des plans de relance

Vous lisez:

Américains et européens toujours en désaccord sur le montant nécessaire des plans de relance

Taille du texte Aa Aa

Le retour de la croissance mondiale est prioritairement une question de moyens financiers : c’est ce que pensent les autorités américaines et Barack Obama l’a rappelé dans le discours qu’il a prononcé mardi soir à la Maison Blanche. En revanche, Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe a réaffirmé mercredi qu’il n‘était pas question pour les européens d’augmenter l’engagement financier de leurs mesures de relance qui sont a-t-il dit, “exigeantes et musclées, sur simple demande des Etats Unis”. Les européens on le sait préférent focaliser leurs efforts sur la régulation du système financier mondial. Quand au premier ministre tchèque Mirek Topolanek qui occupe actuellement la présidence tournante de l’Union européenne, il a critiqué mercredi la démarche des américains pour combattre la crise économique, affirmant que le chemin pris par Washington “menait à l’enfer”. Il réagissait lui aussi aux propos du Président Obama prononcés la veille à la Maison Blanche. “Je n’ai pas dit aux gouvernements européens de faire quelque chose, ce que j’ai suggéré c’est que nous allons tous devoir franchir des étapes pour tirer l‘économie vers le haut. Nous ne voulons pas d’une situation où certains pays font des efforts extraordinaires et et où les autres ne font rien d’autre qu’espérer que les pays qui font les efforts vont tirer tout le monde vers le haut”. Si on regarde les seuls chiffres, les propos du Président américain repose sur une certaine logique : Washington a engagé des plans de relance à hauteur de 11% du Produit intérieur brut américain et l’Europe à hauteur de 3,5%.