DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chute du gouvernement tchèque en pleine présidence de l'Union européenne

Vous lisez:

Chute du gouvernement tchèque en pleine présidence de l'Union européenne

Taille du texte Aa Aa

Le fragile cabinet de Mirek Topolanek est tombé hier après un vote de défiance initié par l’opposition de gauche.

La motion de censure a recueilli les 101 voix nécessaire sur les 200 sièges de la chambre basse. A mi-parcours de sa présidence de l’Union, Mirek Topolanek est affaibli mais il semble vouloir maintenir le cap comme le souhaite la Commission européenne : “Je me rends à Strasbourg aujourd’hui. Pour le moment, cette situation n’a pas de conséquence sur le rôle de la présidence du Conseil européen mais je crois que cela peut compliquer notre force de négociation. Nos partenaires en Europe se sont habitués à ce que nous négocions durement. A cet égard, cela peut se traduire par un affaiblissement de notre position”. Topolanek envisagerait de démissionner et de convoquer des élections dès l‘été mais Jiri Paroubek, le chef de file de l’opposition sociale-démocrate souhaite que le gouvernement démissionnaire achève sa présidence européenne : “Je pense que l’ODS et l’ensemble de sa coalition gouvernementale doivent se concentrer sur leur présidence européenne. Ce gouvernement peut se maintenir durant plusieurs semaines en tant que gouvernement démissionnaire”. Paroubek souhaite ensuite la mise en place d’un gouvernement d’experts en vue d’organiser des législatives à l’automne ou au printemps prochain. C’est le troisième gouvernement d’Europe de l’Est à tomber en quelques semaines après ceux de Lettonie et de Hongrie. Il s’agit aussi du troisième cabinet à chuter en pleine présidence européenne après les gouvernements danois en 93 et italien en 96 mais le premier en pleine crise économique.