DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le crash du 26 mai 2003 et ses morts mal identifiés devant la justice

Vous lisez:

Le crash du 26 mai 2003 et ses morts mal identifiés devant la justice

Taille du texte Aa Aa

Un tribunal de Madrid se penche depuis mardi sur l’une des pages noires du second mandat de l’ancien chef du gouvernement espagnol Jose Maria Aznar. Le 26 mai 2003, soixante-deux militaires avaient trouvé la mort en Turquie dans le crash de l’avion qui les ramenait d’Afghanistan. Et trente des 62 cadavres avaient fait l’objet d’une identification tellement expéditive que des corps n’avaient pas été remis aux bonnes familles.

Trois officiers, un général, un commandant et un capitaine, sont dans le box des accusés. Inculpés de falsification de documents. Le parquet a requis contre eux entre quatre ans et demi et cinq ans de prison. “On entend dans ce tribunal des gens affirmer qu’ils ne se souviennent pas, regrette le président de l’association des victimes, Miguel Sencianes. Et il est très douloureux pour le respect de nos proches d’entendre les accusés dire qu’ils ont mélangé les victimes, qu’ils les ont traitées comme des numéros.” Pour ajouter à cette douleur, l’enquête a révélé que l’avion, qui appartenait à une compagnie ukrainienne, était vétuste et qu’il avait décollé malgré deux problèmes techniques sérieux. L’association des parents des victimes aurait ainsi aimé voir comparaître aussi le ministre de la Défense et le Premier ministre d’alors…