DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Michel Aoun : président du premier groupe chrétien au parlement libanais

Vous lisez:

Michel Aoun : président du premier groupe chrétien au parlement libanais

Taille du texte Aa Aa

“Nous voulons construire un Etat civil oú les droits communautaires n’ont plus droit de citer”.

Le Liban va connaître cette année son premier scrutin législatif depuis le retrait des troupes syriennes en 2005. Euronews en a profité pour aller à la rencontre d’un des poids lourds de la politique libanaise : le chef du Courant Patriotique Libre, le général Michel Aoun. C’est une des personnalités de l’opposition libanaise les plus en vue. Il est à la tête du 1er groupe parlementaire chrétien au sein de l’actuelle législature. Hussein Ibrahim Reporteur Euronews : Vous êtes un adepte du changement et des réformes. Jusqu‘à quand le Liban restera-t-il divisé par le sectarisme ? Et y a-t-il un un moyen de changer cette réalité? Michel Aoun Abolir le sectarisme contribue au changement et à la réforme de la même manière que le changement et la réforme aident à abolir le sectarisme. Aujourd’hui beaucoup de délits de corruption sont commis sous couvert du sectarime . Et chaque fois que nous critiquons un responsable au sein de l’Etat libanais, il s’empresse de dire que nous attaquons sa communauté confessionnelle et éthnique. A partir de là nous disons: parmi les objectifs que nous nous sommes fixés, figure celui de parvenir à construire un Etat civil oú les droits communautaires n’ont plus droit de citer et oú les Libanais jouiraient des droits de citoyenneté. Euronews Certains vous ont comparé à un tsunami électoral lorsque vous avez obtenu 70% des voix de la communauté chrétienne au scrutin législatif de 2005. Pensez-vous que le tsunami va se reproduire lors des élections de juin prochain ou au contraire Michel Aoun n’aura été qu’une brise d‘été ? Michel Aoun Je pense que nous sommes bien ancrés dans le paysage politique et populaire de notre pays. Nous donnons aux Libanais l’espoir qu’ils peuvent bâtir un Etat qui sera à l‘écoute de leurs préoccupations et qui veille à la satisfaction de leurs besoins. Jusqu‘à maintenant nous n’avons au Liban que des formations politiques qui exploitent le pays. Il y a beaucoup de négligence en ce qui concerne les secteurs de la production ainsi que dans le domaine des réformes sociales et même sécuritaires. J’en veux pour preuve la série d’attentats qui a frappé le pays et l’Etat n’a pas été en mesure d‘élucider ne serait-ce qu’un seul crime parmi eux. Euronews Certains hommes politiques disent que la popularité de Michel Aoun s’est effritée après son alliance avec le Hezbollah Michel Aoun Pourquoi ne s’intéresseraient-ils pas à mes idées, à mes convictions politiques et à ce que j’essaie d’accomplir? Ils préfèrent instrumentaliser ma popularité dans l’espoir d’influencer l’opinion publique. Nos concitoyens s’intéressent plus à mon programme de réforme qu‘à ma popularité Euronews Certaines sources soutiennent que Michel Aoun a eu un rôle dans le contact établi par la Grande Bretagne avec le Hezbollah, pourriez-vous nous en dire plus? Michel Aoun Non, il n’ y a eu pas de médiation directe, mais mes positions politiques ont été pour beaucoup dans les tentatives de la Grande Bretagne et de certains pays européens pour comprendre les positions du Hezbollah. Et même des américains, lorsqu’ils ont compris qu’il n’y avait pas moyen de nous éloigner du Hezbollah; qu’il y a une unité nationale qui s’est ancrée grâce à notre politique. Evidemment, j’ai aidé et soutenu la position de la Résistance : le bras armé du Hezbollah et j’ai défendu le Hezbollah en assurant qu’il n’est pas un parti terroriste comme certains veulent le faire croire. Le Hebollah n’a commis aucun attentat terroriste à travers le monde, ni à l‘étranger ni sur le territoire libanais. Il n’ a fait que résister à une force d’occupation et la légalité internationale ainsi que la charte des droits de l’homme reconnaissent ce droit. Pour cette raison nous refusons que le Hezbollah soit étiquetté comme étant un parti terroriste. Euronews Vous vous êtes rendu en Iran. Est-ce une reconnaissance du rôle que joue ce pays au niveau régional ? Michel Aoun L’Iran est grand pays au Moyen-Orient, entre la rive orientale de la Méditérannée et la Chine. C’est une force régionale trés importante et cette force jouit évidemment d’un certain degré de stabilité et de pouvoir. Mais le but de ma visite était de remercier les Iraniens de nous avoir soutenus pendant la guerre avec Israël en 2006. Car nous n’avions à nos côtés au Moyen-Orient que deux pays: la Syrie et l’Iran. Les médias européens ont fait en sorte que nous fassions partie de l’axe syrio-iranien, il n’ont pas dit que cet axe a soutenu la Résistance et le Liban d’une manière générale. En fait, ce qui s’est passé c’est le contraire : ce sont eux qui nous ont aidés et nous nous devions de les remercier. Car lorsque nous étions assiégés par la mer et par le ciel, il ne nous restait que la Syrie qui nous a ouvert ses portes. Euronews Est-il possible que le Liban signe un accord de paix avec Israël en cas de réglement de la question des fermes de Shebaa et en l’absence de progrés sur le volet israelo-syrien? 621 Michel Aoun Le secret de la paix avec Israël est le réglement de la question des réfugiés palestiniens au Liban et non les fermes de Shebaa……… Euronews : Si la question des réfugiés palestiniens est réglée, il n’ y a pas d’objection à conclure une paix avec Israël ? Michel Aoun…. Bien sûr que non, nous sommes tous à la recherche d’une solution équitable……… Euronews : Mais le Hezbollah qui est votre allié, refuse et assure qu’il n’ y aura pas d’accord de paix avec Israël et menace de rayer l’Etat hébreu de la carte!! Michel Aoun Ces déclarations du Hezbollah sont une réponse à l’Occident qui l’accuse d‘être un parti terroriste. En cas de propositions positives, les choses changeront. Euronews Avec l’arrivée au pouvoir de la droite et de l’extrême droite en Israël, pensez-vous qu’il y aura une nouvelle guerre avec le Liban ? Michel Aoun Depuis 2006, Israël a dit adieu à la guerre au Liban. Et en l‘état actuel des choses, son armée ne connaîtra plus la victoire après la guerre de 2006 au Liban, et je pense qu’un gouvernement extrémiste est plus enclin à la paix qu’un gouvernement modéré. Euronews Quelle est la nature des relations que voudrait Michel Aoun entre le Liban et l’Union Européenne. Pensez vous que votre pays a retiré quelque chose de ses relations avec ses partenaires européens? Michel Aoun Non, je ne pense pas. Le Liban n’a pas encore eu son dû de l’Europe. C’est vrai qu’il y a des relations culturelles et commerciales, tout cela est bien mais il y a un rôle principal que devrait jouer l’UE: c’est d’aider à régler la question des réfugiés palestiniens au Liban. Jusqu‘à maintenant, l’Europe avance à pas feutrés dans ce domaine alors qu’on ne peut parvenir à une solution au Moyen-Orient sans un réglement de la question des réfugiés palestiniens, ceci est primordial pour les Libanais. Euronews Votre relation avec la France – pas très chaleureuse- s’est-elle améliorée aprés l’arrivée du président Sarkozy au pouvoir ? Michel Aoun L’arrivée d’un nouveau gouvernement est une occasion pour le changement tant au plan de la politique intérieure qu’en matière de politique étrangère. Jusqu‘à maintenant la polique de la France me semble plus réaliste mais pas suffisamment. Euronews Il y a plus de 20 ans vous avez quitté le Liban. Est-ce que vous nourrissez encore l’espoir de devenir un jour le président libanais ? Michel Aoun C’est le dernier de mes soucis. Ce qui m’importe c’est de réaliser un programme de réformes et de changement au Liban car depuis 1920 et jusqu‘à maintenant, nous vivons au sein d’un pouvoir rigide, un pouvoir qui a créé une sorte d‘écoles politiques ou plutôt des dynasties politiques qui exploitent le pays au lieu de le bâtir !! 857