DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le nouveau gouvernement israélien à l'épreuve des dossiers sensibles

Vous lisez:

Le nouveau gouvernement israélien à l'épreuve des dossiers sensibles

Taille du texte Aa Aa

Fortement ancré à droite, néanmoins hétéroclite, le nouvel exécutif israélien devra s’attaquer au problème de la paix dans son ensemble. Et il n’est pas certain que la coalition survive quand il s’agira d’aborder les dossiers les plus délicats.

Le plus sensible d’entre eux : le processus de paix israélo-palestinien. A Tel Aviv comme à Ramallah, les attentes sont importantes : “J’espère que le nouveau gouvernement apportera la paix. Je leur souhaite bonne chance. Ce n’est pas une tâche facile”, réagit une habitante de Tel Aviv. “J’espère que le nouveau gouvernement et le gouvernement palestinien, avec le président Mahmoud Abbas, apporteront la paix, souhaite un habitant de Ramallah. J’espère qu’ils se mettront autour d’une table et que nous obtiendrons notre Etat indépendant”. Au niveau international, les intentions du nouvel exécutif inquiètent. La Maison Blanche et l’Union européenne ont fait pression sur Tel Aviv pour que les accords déjà conclus avec l’Autorité palestinienne soient respectés et pour que le processus de paix reprenne sur la base d’une solution à deux Etats. Une option que refuse Benjamin Netanyahu. Sa préférence va, au mieux, à une “autonomie économique”. Soutenue par la plupart des composantes gouvernementales, à l’exception des travaillistes, cette alternative est absolument inacceptable pour les Palestiniens qui se disent on ne peut plus pessimistes : “Le processus de paix va rester gelé et nous allons entrer dans une phase de détérioration, en particulier parce que le nouveau gouvernement ne reconnaît pas les fondements du processus politique, ne reconnaît pas une solution à deux Etats, poursuit la colonisation et l’occupation. Dès lors des changements en mal sont les seuls changements auxquels nous nous attendons”, commente le ministre palestinien des Prisonniers. Liée à cette problématique, la libération du soldat Gilad Shalit, prisonnier depuis 2006 suscite aussi bien des attentes. C’est un sujet à forte teneur médiatique. La menace iranienne constitue un autre dossier sensible. Malgré la position conciliante de Tel Aviv à l‘égard de la nouvelle politique américaine de main tendue à l’Iran, le sujet est source de très fortes tensions.