DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grèce paralysée

Vous lisez:

La Grèce paralysée

Taille du texte Aa Aa

A l’appel des syndicats du privé et du public, des centaines de milliers de Grecs sont descendus dans les rues d’Athènes pour protester contre les licenciements et les bas salaires. Un grec sur cinq touche moins de 5.000 euros par an. En mars, 4.000 personnes se sont retrouvées au chômage. La crise économique frappe tout le monde. Ce jeudi, les banques et les écoles ont donc fermé leurs portes. Il n’y avait aucun trains, métros ou bus. Le trafic aérien a été perturbé, et les hôpitaux n’ont géré que les urgences.

“Leurs demandes sont justes, notre société a un problème. La situation est sur le point d’exploser et cela concerne chacun de nous, que nous ayons été licenciés ou non. C’est quelque chose qui peut vous arriver sans prévenir”, a déclaré une passante. C’est la seconde journée de mobilisation nationale organisée contre la politique du gouvernement conservateur depuis décembre et la bavure policière qui a coûté la vie à un adolescent de 15 ans. Cette mort avait provoqué un mois d‘émeutes urbaines. Depuis le gouvernement fait face régulièrement à des attaques et attentats perpétrés par des groupuscules d’extrême-gauche.