DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Barack Obama soutient une entrée de la Turquie dans l'Union européenne et jette un froid avec les Vingt-Sept

Vous lisez:

Barack Obama soutient une entrée de la Turquie dans l'Union européenne et jette un froid avec les Vingt-Sept

Taille du texte Aa Aa

Les beaux sourires et l’unité affichée pendant le G20 et le sommet de l’Otan se sont quelque peu fissurés.

Le président américain s’est prononcé hier pour l’arrivée d’Ankara au sein de l’Union européenne lors du sommet UE-USA à Prague afin d’améliorer les relations entre l’Occident et le monde musulman : “Evoluer vers l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne constituerait un signal important de votre engagement dans ce sens et assurerait que nous continuons à ancrer fermement la Turquie en Europe”. Une prise de position immédiatement contestée par plusieurs dirigeants européens dont le président français Nicolas Sarkozy : “S’agissant de l’Union européenne c’est aux pays membres de l’Union européenne de décider. J’ai toujours été opposé à cette entrée et je le reste. Je crois pouvoir dire qu’une immense majorité des Etats membres de l’UE est sur la position de la France. La Turquie est un très grand pays, allié de l’Europe et allié des Etats-Unis et doit rester un partenaire privilégié”. Angela Merkel a souligné que “de bonnes relations entre l’Union Européenne et le monde musulman servaient l’intérêt de tous mais elle a aussi reconnu des divergences au sein des 27. La chancelière allemande a ajouté que la forme des futurs rapports entre l’UE et la Turquie n‘était pas encore claire, allusion à l’idée de “partenariat privilégié”, une formule soutenue par les conservateurs français et allemands. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso s’est en revanche félicité de la prise de position de Barack Obama. Les négociations d’adhésion de la Turquie ont officiellement débuté en 2005 et de nouveaux chapitres ont été ouverts en 2007.