DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'opposition géorgienne fixe un ultimatum au président

Vous lisez:

L'opposition géorgienne fixe un ultimatum au président

Taille du texte Aa Aa

Plusieurs milliers d’opposants au président géorgien auront passé la nuit en plein coeur de la capitale, Tbilissi. Ces irréductibles ont promis de poursuivre le mouvement jusqu‘à obtenir la démission du chef de l’Etat.

La veille des dizaines de milliers de personnes avaient sillonné la ville. Elles accusent le Président Saakashvili de monopoliser le pouvoir et d’avoir renoncé aux réformes promises. Un mouvement initiée par l’opposition qui a fixé un ultimatum au chef de l’Etat : s’il ne démissionne pas d’ici 15h, heure locale, les manifestations reprendront de plus belle. L’une des chefs de file de l’opposition expose ses griefs. “C’est le président qui a perdu 20% du territoire géorgien, qui a a ramené les bases militaires russes sur nos terres, et qui a mis fin aux aspirations de la Géorgie qui souhaitait devenir membre de l’OTAN”, s’indigne Nino Burjanadze. Le conflit qui opposa la Géorgie à la Russie, l‘été dernier, a largement contribué à ternir l’image de Mikhail Saakashvili (depuis, Moscou a reconnu l’indépendance autoproclamée de deux régions séparatistes géorgiennes). Une image déjà écornée par la violente répression des manifestions de 2007. Le président avait alors décrété l’Etat d’urgence.