DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Madrid affirme qu'un attentat de l'ETA a été déjoué

Vous lisez:

Madrid affirme qu'un attentat de l'ETA a été déjoué

Taille du texte Aa Aa

Montauriol, dans le sud-ouest de la France. C’est là que le chef militaire présumé de l’ETA a été arrêté hier. Pour Madrid, l’organisation séparatiste basque préparait un attentat finalement déjoué.

Jurdan Martitegi a été arrêté alors que la garde civile interpellait 6 autres membres présumés de l’ETA. Pour le gouvernement espagnol le temps de la discussion est révolu. ‘‘Je ne sais pas si en ce moment, l’ETA a déjà choisi le remplaçant de Martitegi, ils ne savent peut-être pas encore qui cela va être, a dit le ministre espagnol de l’Intérieur avant de mettre en garde : je peux déjà dire à l’ETA que la police et les forces de securité françaises sont à sa recherche.” En Espagne, les arrestations se sont déroulées au Pays basque espagnol. D’après Alfredo Perez Rubalcaba, ce commando était prêt à passer à l’action et à commettre un attentat. Il s’agit du deuxième groupuscule séparatiste démantelé en 6 mois. Alors que les 3 derniers chefs militaires de l’ETA ont également été interpellés. Depuis la fin de la trêve, il y a près de 2 ans, l’organisation séparatiste s’est radicalisée. A son actif, une trentaine d’attentat qui ont fait 6 victimes. Mais pour Jose Luis Rodriguez Zapatero, l’organisation n’a qu’un choix : arrêter la violence. “ La lutte pour la fin du terrorisme est imparable, et je peux vous assurer que nous en finirons avec l’ETA pour que la liberté et la paix règnent sur Euskadi, le Pays basque, et sur l’ensemble de l’Espagne”, a dit le Premier ministre espagnol. La hiérarchie de l’ETA est en plein bouleversement. Sur le plan militaire mais aussi sur le plan politique. Si l’on en croit le journal El Païs, Josu Ternera en a repris les commandes. Cet homme est considéré comme un partisan du dialogue avec Madrid. De source indépendantiste il serait revenu avec une ambition claire : renouer le contact avec le pouvoir pour mettre un terme à la violence.