DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La débâcle des des Tigres tamouls

Vous lisez:

La débâcle des des Tigres tamouls

Taille du texte Aa Aa

Au Sri Lanka, les Tamouls, implantés pour la plupart au nord du pays, représentent 30% de la population face aux 75% de cingalais. Ils sont hindous. Et c’est pour défendre les droits de cette minorité qu’en 1972, les Tigres de libération de l’Eelam tamoul prirent les armes. Leur conflit, depuis, a fait près de 70 000 morts. D’idéologie marxiste-léniniste, ils veulent l’autodétermination et la création d’un État, l’Eelam Tamoul, dans le nord-est de l‘île. Aujourd’hui, ils seraient à l’agonie.

Pourtant, on disait cette guérilla la plus efficace au monde. La seule structurée, au point d’avoir des unités navales et aériennes, et même des submersibles. Et une administration parallèle. A leur palmarès, de nombreux attentats contre des personnalités sri-lankaises, mais c’est l’assassinat de Rajiv Gandhi, Premier ministre indien en 1992, qui leur vaut d‘être mis sur la liste des organisations terroristes dans 32 pays. C’est notamment la première guérilla au monde à utiliser l’attentat suicide comme moyen d’action. Le 20 février dernier, l’armée sri-lankaise abattait 2 de leurs avions kamikazes, bourrés d’explosifs, qui visaient le QG des forces aériennes sri-lankaises. Il y a deux ans et demi, les Tigres occupaient 15 000 kilomètres carrés du territoire sri-lankais, une zone qu’ils revendiquaient pour la création de leur Etat. Aujourd’hui, ils ne contrôleraient plus qu’une toute petite poche de résistance au nord. C’est en 2005 que le vent a commencé à tourner. L‘élection de Mahinda Rajapakse à la tête de l’Etat va bouleverser la donne. Le nouveau président ne veut plus négocier et a promis l’anéantissement de la rébellion, donnant pour la première fois à l’armée carte blanche sur le terrain. Aidée notamment par la désertion d’un ex-colonel des Tigres qui a fourni de précieuses informations, l’armée a donc réussi à récupérer une grosse partie du territoire rebelle. Mais personne n’ose encore parier sur leur disparition. Même s’ils perdent du terrain, ils ont encore une capacité de nuire, selon la plupart des analystes.