DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lancement de campagne dans l'unité pour le Parti socialiste européen

Vous lisez:

Lancement de campagne dans l'unité pour le Parti socialiste européen

Taille du texte Aa Aa

A Toulouse vendredi, le Parti socialiste européen, emmené par Poul Nyrup Rasmussen, s’est jeté dans la bataille électorale en rangs serrés, à un mois et demi des européennes. Pour la première fois, les socialistes des 27 se retrouvent autour d’un programme commun, cette fois-ci ancré à gauche. Objectif affiché: construire une Europe sociale face aux désordres de l‘économie libérale dont la droite serait responsable.

L’espagnol Juan Fernando López Aguilar se dit “heureux de faire partie de cette famille socialiste, de faire partie de cette stratégie commune, d’un plan de relance commun de l‘économie, de l’emploi mais surtout engagé avec les plus faibles dans une société inégale et injuste au niveau global.” Mais des divergences se font jour notamment sur le nom d’un candidat à la présidence de la Commission alors que le sortant conservateur José Manuel Barroso est soutenu entre autres, par les dirigeants de gauche du Portugal, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne. George Papandreou, président de l’Internationale socialiste, préfère lui, temporiser: “nos exigences concernent la création d’une Europe sociale, une Europe de la solidarité, une Europe de la croissance et de la croissance verte, une Europe de l‘éducation et du talent, une Europe de la paix, souligne-t-il. Ce que nous disons, c’est que nous devons avoir comme priorités: notre programme et nos citoyens, nous verrons ensuite pour qui nous voterons.” A la tribune, presque tous ont dénoncé le bilan de José Manuel Barroso. Les socialistes ont quelques semaines pour convaincre qu’ils feront mieux. Pour l’instant, les sondages prédisent une nouvelle victoire de la droite.