DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grippe porcine : politiques et scientifiques dédramatisent

Vous lisez:

Grippe porcine : politiques et scientifiques dédramatisent

Taille du texte Aa Aa

La prévention contre la grippe porcine reste d’actualité. Mais le ton est à l’apaisement. Notamment au Mexique où le gouvernement relativise désormais la gravité de la maladie.

Dans ce pays, le plus touché, 443 cas sont désormais confirmés. 16 autres pays souffrent de l‘épidémie notamment la Grande Bretagne. Un homme de 43 ans y a été diagnostiqué porteur du virus. Barry Greatorex et sa famille ont reçu un traitement. L’homme est placé en quarantaine à son domicile. ‘‘J‘étais au bureau la semaine dernière et j’ai eu un rendez-vous avec une personne qui venait de revenir du Mexique. Et il semble que c’est là que j’ai contracté la maladie’‘, explique-t-il. D’après le dernier bilan, la grippe porcine a fait 17 morts. 16 au Mexique et 1 aux Etats-Unis. Mais pour les experts la maladie n’a rien à voir avec le virus de 1918, l‘épidémie de grippe la plus meurtrière de l’histoire récente. ‘‘Nous ne pouvons pas exclure qu’il y aura une pandémie même si il semble que nous y échapperons d’après les chiffres et les derniers développements, explique le président de l’Institut Robert Koch de Berlin. Nous commençons à savoir comment le virus se comporte, comment il agit sur l’homme et sur le système immunitaire. Nous avons besoin de temps mais nous en apprenons un peu plus chaque jour.’‘ Le Japon a envoyé 990.000 masques chirurgicaux au Mexique pour contrer le virus. D’autres pays ont pris de nouvelles mesures : l’Egypte a ainsi commencé l’abattage massif des porcs élevés sur son sol.