DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La talibanisation du Pakistan inquiète Washington

Vous lisez:

La talibanisation du Pakistan inquiète Washington

Taille du texte Aa Aa

Le succès de la stratégie afghane d’Obama passe forcément par là. L’instable Pakistan, allié de la lutte anti-terroriste américaine depuis le 11 septembre est désormais au coeur des priorités de Washington car la talibanisation du pays remet en question tous les efforts déployés depuis 8 ans en afghanistan.

Il faut donc convaincre le Pakistan de coopérer pleinement. Mais tout en ménageant les susceptibilités et en évitant que la population ne se retourne contre le régime. Cela fait longtemps que le Pakistan souffle le chaud et le froid. Et c’est au nom du libre arbitre qu’il a décidé seul l’instauration de la sharia dans la vallée de Swat, place forte des extrêmistes, en échange d’un cessez-le-feu. La stratégie n’a pas payé, les talibans n’ont pas respecté l’accord et la méfiance de Washington s’est accrue sur Islamabad “Les Etats-Unis n’ont pas beaucoup d’outils leur permettant d’influencer la politique en Afghanistan et au Pakistan estime cette analyste américaine. Le noeud du problème, c’est vraiment que le Pakistan pense toujours que la menace vient de l’Inde, et pas des rebelles sur son propre territoire, mais tant qu’on aura cette situation, on ne verra aucune évolution dans cette région.” Washington peine en effet à convaincre le Pakistan du péril terroriste et de la nécessité de régler le problème des insurgés des deux côtés de la frontière. Et les stratèges américains d’insister sur le fait que la situation géographique impose une coopération étroite entre les deux pays. Deux pays qui se méfient l’un de l’autre, depuis longtemps, et que les américains ont besoin d’unir face à la menace terroriste. C’est tout l’enjeu de ce sommet de crise à Washington. Reste l’inconnue Karzai : sa décision de prendre comme co-listier pour la présidentielle du 20 août un ex-chef de guerre accusé de crime de guerre et de corruption, a consterné ses alliés afghans et internationaux, ils craignent que ne s‘éloignent encore plus les chances du pays de se stabiliser.