DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fiat-General Motors prochain numéro 2 mondial de l'automobile?

Vous lisez:

Fiat-General Motors prochain numéro 2 mondial de l'automobile?

Taille du texte Aa Aa

Les discussions entre les deux constructeurs automobiles pourraient le laisser penser : l’américain et l’italien cherchent à rapprocher leurs activités en Europe.

C’est l’ambition du PDG de Fiat, Sergio Marchionne. Le redresseur de la marque turinoise symbolisé par le succes de la nouvelle 500, a déjà parié sur Chrysler. Le prodige italo-canadien, dont la devise est l’efficacité industrielle, compte devenir le PDG du nouveau Chrysler restructuré, dont Fiat aura 20% des parts, puis à terme 35% si les ventes suivent. Fiat apportera en contrepartie sa technologie sur les petites cylindrées et son réseau de distribution. Mais Marchionne ne compte pas s’arrêter là. Ce juriste et comptable de formation de 56 ans, voit plus loin. Il rêve de bâtir un groupe automobile mondial capable de produire 6 millions de véhicules par an, seuil nécessaire selon lui pour être compétitif. Marchionne l’a souvent dit, il faut limiter le nombre de constructeurs sur le marché mondial, car ils produisent 30 millions de voitures en trop. Opel, la filiale européenne de GM, est dans sa ligne de mire, tout comme la suédoise SAAB et la britannique Vauxhall. Selon la presse allemande, qui cite un document confidentiel de Fiat du 3 avril, cette opération baptisée “Projet Phoenix”, envisagerait la restructuration de 10 usines en Europe. Celle d’Opel à Kaiserslautern serait même fermée, quatre usines seraient en danger, dont deux en Italie, une au Royaume Uni (Luton) et une en Autriche (Graz). Cinq autres seraient réduites: une en Suède (Trollhättan); deux en Allemagne (Bochum et Rüsselsheim); une en Belgique (Anvers) et une en Espagne (Zaragoza). Le plan Fiat entraînerait la suppression de 18 000 emplois en Europe sur les 108 000 que cumulent Opel, GM Europe et Fiat, soit 16% des effectifs. Fiat a démenti ces fermetures. L’idée ne fait pas d’adeptes en Allemagne, ou Opel emploie 25 000 personnes, sa survie est un enjeu politique en cette année électorale en Republique Féderale.